Le livre de chevet




C'
est bien le mercredi 11 novembre, de 17h à minuit, que Daniel Canty et les éditions du Quartanier présenteront dans l'endormissement le plus complet leur Livre de chevet, ouvrage collectif pour traverser la nuit polaire.

Des lectures auront lieu et des vins seront servis, le tout dans un ordre très étudié.

Seront aussi lancés Expedition of a chimarea, ouvrage bicéphale de Oana Avisilichivoaei et Erin Moure, et The rose concordance, de Angela Carr.

Les éditeurs des deux langues et des trois livres seront présents.








Ce qui arrive après Mentale


Voici une variation interprétée par Chantal Neveu, d'après son recueil Mentale, (Éditions La Peuplade) réalisée en novembre dernier à
la galerie OBORO.


video

Patrice Desbiens, le fer et sa rouille

Avec ces premiers frimas qui nous glacent le sang, quoi de mieux qu'un grand bol de fer et sa rouille pour se réchauffer. Ça tombe bien, c'est justement le nom de la collection (Le fer et sa rouille), que l'Oie de Cravan vient présenter à la librairie le mercredi 28 octobre.












Après avoir lancé Cahier de neige au début de l'été, l'Oie nous revient de voyage avec deux auteurs de la vieille Europe, le mystérieux Shane Brangan et son Hourra pour Shane, et la non moins étonnante Bérengère Cournut, déjà connue pour son remarquable premier roman L'Écorcobaliseur, récidive avec Nanoushkaïa.

Enfin, le même soir sera lancé le troisième volet de la série En temps et lieux, de Patrice Desbiens.






















Le tout aura lieu au Port de tête, le mercredi 28 octobre à partir de 18h et jusqu'à épuisement des libraires, en présence de Patrice Desbiens et de Bérengère Cournut.







.

Jeudi 29 octobre, le Quartanier

C'est avec grand plaisir que nous vous invitons au lancement des essais de HELEN FARADJI, de SAMUEL ARCHIBALD et de BERTRAND GERVAIS. Nous lancerons également à cette occasion les quatre premiers titres de la nouvelle collection de livres de poche OVNI, soit la réédition des premiers livres de ALAIN FARAH et de RENÉE GAGNON, et les livres de SAMUEL ROCHERY et de DANIEL POZNER.

Ce lancement aura lieu le JEUDI 29 OCTOBRE, au faramineux PORT DE TÊTE, de 17h à 21h.






Comme d'habitude, ce lancement est l'occasion pour nous de célébrer la sortie des nouveaux ouvrages, de rencontrer lecteurs, amis et auteurs. Il y aura ce qu'il faut pour la soif et la faim -- amuse-gueules, liquides rouge, blanc et blond, et musique (pour tous les goûts, y compris ceux de Samuel Archibald).


Livres lancés ce soir-là :

Collection Erres Essais
SAMUEL ARCHIBALD, Le texte et la technique : la lecture à l'heure des médias numériques
HELEN FARADJI, Réinventer le film noir : le cinéma des frères Coen et de Quentin Tarantino BERTRAND GERVAIS, L'imaginaire de la fin : temps, mots et signes - Logiques de l'imaginaire, tome III


Collection OVNI
SAMUEL ROCHERY,
Odes du Studio Maida Vale



DANIEL POZNER, Pft!
ALAIN FARAH, Quelque chose se détache du port (réédition en poche), suivi d'une postface, «Tout ce qui monte redescend»
RENÉE GAGNON, Des fois que je tombe (réédition en poche), suivi d'une postface, «Le bourdon»
















Quelques souvenirs du lancement du live de François Turcot à la Peuplade, le 15 octobre dernier.

Cette maison n'est pas la mienne (jeudi 15 octobre)





















Le jeudi 15 octobre, François Turcot, récent finaliste du prix Émile-Nelligan, viendra présenter son nouveau recueil, intitulé Cette maison n'est pas la mienne, publié par les éditions de La Peuplade.

Autour d’une table où s’anime l’histoire d’un album photo, où s’agitent des mains et des figures inconnues, cette maison (in)habitée telle que François Turcot la déplie ici – semblable à un kaléidoscope que l’on retourne sur lui-même ou à un cube Rubik dont la somme des faces est impossible à voir simultanément – est littéralement représentée comme une machine à apparitions. En recomposant l’archéologie de trois familles, l’auteur de Cette maison n’est pas la mienne nous plonge dans une réflexion sur les vies successives des maisons que nous fréquentons, que nous oublions, la part d’invention que l’on accorde à leurs archives et la mémoire lacunaire qui les inscrit dans nos vies.







.