Lancement des éditions La Mèche

La librairie Le port de tête et les éditions La Mèche vous convient au lancement du livre Fous, folles, de Daniel Sylvestre, ainsi que de Terre des cons, de Patrick Nicol, ce jeudi 1er novembre, dès 17h30.








Juin 2013. Un professeur vieillissant ne dort plus : ses jeunes voisins l’énervent  et un événement d’actualité l’intrigue : Alex, un activiste qu’il a connu lors du printemps érable, s’est enchaîné à un bâtiment public. L’insomnie, l’alcool et le remords le forcent à revenir sur les événements et à partir à la rencontre d’une jeunesse perdue, qui est aussi la sienne. 


« Ce roman tire sa source d’une indignation : comment des personnalités publiques, devant une crise, peuvent-elles parler d’une façon si irresponsable? Le printemps érable a déclenché un flot d’informations contradictoires et d’abus. Mon premier mouvement en a été un de colère : j’en ai voulu à ceux qui ont affiché autant de mépris envers les étudiants en grève. Mais après la colère, une question : ne sommes-nous pas tous sujets à la bêtise? Par ce livre, j’essaie de comprendre les effets de ce désordre et me demande à quoi on peut se raccrocher quand la parole et la réflexion n’ont plus de valeur. » 
– Patrick Nicol






La folie a mille visages, et parfois un grain de génie. Fous, folles, c’est la chronique illustrée des bizarreries du quotidien, le portrait de la bêtise croquée sur le vif. incisif, mais toujours tendre, le trait de Sylvestre épingle nos travers, divague jusqu’à la ligne de fuite de la raison et effleure du crayon la nostalgie de l’enfance. Un exorcisme réjouissant du sérieux et du rationnel, inspiré de l’humour absurde de William Steig et de Roland Topor. 

« J’ai toujours aimé les débuts : les esquisses, l’idée captée, faire surgir les images des gens et des lieux que j’observe. Je veux déceler la brèche dans l’ordinaire. Un jour, j’ai dessiné cet homme en pyjama, qui tournait sur lui-même par une journée d’hiver glaciale. Ce premier fou m’a saisi. il était réel, comme les souvenirs qui affleuraient maintenant des petites et grandes folies croisées depuis mon enfance. Mes fous et mes folles sont tous véridiques. Un défi que je me suis imposé pour recréer cette collection personnelle. »
— Daniel Sylvestre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire