Sortie de Grande école


Le lundi 15 octobre, de 17 à 19h, les éditions Le Quartanier vous invitent au lancement de Grande école, le nouveau livre de Clément de Gaulejac.





Grande École— récits d’apprentissage

Clément de Gaulejac

> Le Quartanier, coll. « Série QR », 248 p. / 23,95 $

Le héros tombe dans les escaliers. Il roule en bas des marches sous le regard médusé de la foule réunie là. Personne ne le lui demande, mais en se relevant, il rassure l’assemblée : « Je vais bien, ça va, rien de cassé. » Dans les films burlesques, le héros se relève toujours impassible de ses innombrables chutes. Cette endurance à la cruauté du monde est précieuse pour le spectateur, d’autant plus que les acrobaties mises en scène n’en sont pas moins réelles. Dans l’escalier, c’est un vrai corps qui tombe. C’est ainsi qu’il faut entendre le réalisme des récits de Grande École : ils sont réalisés sans trucage. Sous le joug de toutes sortes de disciplines, le narrateur apprend. C’est-à-dire que, petit à petit, il réunit des compétences, la plupart du temps à son corps défendant – comme le sont les corps de tous les apprentis, tour à tour flottants et entêtés, dont ce livre est peuplé.


Artiste et illustrateur né à Paris en 1974, Clément de Gaulejac vit à Montréal depuis une dizaine d’années. En 2011, il a publié Le Livre noir de l’art conceptuel au Quartanier. Son travail a été diffusé dans le cadre du Bazaar Compatible Program (Téléphone Arabe, Shanghai, 2012), à l’Œil de poisson (3 Canons, 2011), au Centre Occurrence (3 Canons, 2010), et au Centre Dare-dare (La Réserve, 2007) ainsi que dans plusieurs expositions collectives (Revus, Galerie B-312, 2012; Pardon! Charles S. Scott Gallery, Vancouver, 2006; L’échelle humaine, Galerie SAW, Ottawa, 2006). Il tient un blogue, L’eau tiède, que l’on peut consulter à partir de son site Internet (www.calculmental.org). Au printemps 2012, ses illustrations commentant la grève étudiante et la crise sociale qui en a découlé ont été largement diffusées dans les médias sociaux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire