Soirée Louise Warren



Le vendredi 23 novembre, la librairie accueillera Louise Warren pour la parution de son livre Apparitions, inventaire de l'atelier, aux éditions Nota Bene, ainsi que la revue Contre jour et son plus récent numéro, consacré à madame Warren.




Le numéro 28 des Cahiers littéraires Contre jour présente, sous le titre « Louise Warren. De l'attachement », des textes d'Étienne Beauleu, Nicolas Lévesque, Karen McPherson, David Dorais, Martine Audet, Stéphanie Ferrat, Dany Laferrière, Silvia Pratt et Pierre Ouellet. Illustré de reproductions d'œuvres de Stéphanie Ferrat.

À son œuvre de poète, Louise Warren a donné un important prolongement dans le monde de l’essai. Une fois complétée la trilogie des Archives, elle aborde l’univers de la création sous un angle original dans Attachements. Observation d’une bibliothèque. Tel est l’objectif constant de cette entreprise : renouveler les formes, au plus profond. Et, loin de tout formalisme, donner un sens personnel aux mots et aux objets, en prise directe sur les mutations de l’écriture et de la matière. Le parcours poétique en témoigne jusqu’à Une pierre sur une pierre, long poème extrêmement dense mais d’une ouverture infinie. Alors que vient de paraître un recueil ample et multiple, Anthologie du présent, il est temps de proposer des regards neufs sur une poésie unique par sa constance dans l’interrogation de l’instant et la recherche de la forme juste. De même, la publication récente de Apparitions. Inventaire de l’atelier ajoute un lieu où on peut observer comment les essais de Louise Warren, en déroulant et en fragmentant le fil de la pensée, résistent aux catégories, accueillent les figures et les genres qui conviennent à leur projet, pratiquant une hybridation à la fois savante et discrète. Dans cet atelier ouvert se développent une réflexion libre sur l’expérience poétique et une exploration transparente du processus créateur, soutenue par les traces vivantes de nombreuses collaborations avec des artistes, particulièrement en arts visuels. Pour décrire cette pratique et cette voix, la traductrice Karen McPherson propose la formule « écriture de l’accompagnement ». On pourrait dire aussi écriture de l’attachement, ce qui conduirait à reconnaître, à partir de cette œuvre, une pratique et une définition particulières de la littérature de l’intime, toujours ouverte sur l’autre et sur le monde.









1 commentaire:

  1. quel site web
    de grande qualité
    merci:)))

    Pierrot
    vagabond poete
    www.reveursequitables.cvom

    RépondreSupprimer